Deux fois en 3 jours me sont arrivées des choses bizarres.
Des choses violentes en fait.
Non pas que dans ma vie de tous les jours, je baigne dans un climat de paix et d’amour, tralala les ptis oiseaux, mais là, la violence de la vie, celle de dehors, ma rattrapé, pour venir me le punaiser sur la rétine.

Samedi nuit, après une soirée avortée à cause d’une urgence familiale (pas de moi, pour une fois..), on rentre se coucher. Lo, Alex et moi sommes dans la voiture, toutes flagadas à un feu rouge, attendant patiemment qu’il daigne passer au vert, afin de nous faire atterrir au plus vite dans nos petits lits.

Et en fait, si il y a bien quelque chose qui a atterri quelque part, ce soir là, c’est une grosse BM, dans le feu de gauche, NOTRE gauche.

On a juste entendu un bruit énorme, genre déflagration, et quand on a tourné la tête, il y avait la grosse BM, échouée sur le terre plein central, tout warning éclairés, et tout le côté gauche explosé, un impact énorme sur le pare brise côté conducteur, et l’airbag dehors.

Ma première pensée a été de regarder si la tête du mec était sur l’airbag.
Pas pour moi, mais pour Lo, assise à côté de moi, qui venait de vivre un truc lourd ce soir là, et j’ai espéré que le conducteur soit pas mort, juste pour elle.
Il y avait des débris partout, de feu, de voiture, de rétro, de roue, bref, le bordel.
Le mec est sorti, assez sonné, « oh, je me suis endormi » et nous a prié de n’appeler personne.
Ouiiiiii bien sûr, crois le, t’es bourré comme un trou, t’as failli nous tuer, en plus, t’as fait disjoncter les feux de tout le quartier, et tu crois vraiment que je vais aller dormir comme ça, tranquille ?!!
Alors on s’est un peu caché et on appelé les flics.
Pas pour leur dire qu’un mec tout bourré entrain de s’enfuir ,avait défoncé un feu et qu’il fallait absolument venir arrêter ce gros méchant, non (puisque de toutes façons, il allait se faire choper !) mais juste pour leur dire pour les feux, après, cazzi loro, c’est leur problème.
Inutile de préciser que le 17, t’as le tems de te faire agresser, re agresser, ils sont pas pressés pour te répondre au téléphone, putain !
Enfin, quand même ça fait bizarre d’assister à un accident en direct live.

Et ce soir, alors que j’allais rejoindre Marine chez elle, je passe devant le collège Chénier quand j’aperçois un mec au sol, avec 2 personnes autour de lui, dont une qui me fait des grands signes « arrêtez vous, faut appeler quelqu’un, il fait un malaise »
Ouhlaaaaaaa, j’ai pas l’habitude d’être perçue comme une sauveuse, mais pourquoi pas !
Je laisse ma voiture en plan, et le mec se précipite sur moi pour me dire que ça fait 10 minutes qu’il essaye d’appeler les pompiers, et que personne ne répond.
BON, avant toutes choses, on va se calmer.
Il y a lui, un autre mec qui vient d’arriver, et une femme, une maman désespérée qui a sa fille de 25 ans en réa. (elle l’a répétée assez souvent pour que ça reste)
C’est bizarre comme dans ces moments là, je suis d’un calme olympien (pourquoi un calme olympien, d’ailleurs ?! c'est nul comme expression !)

Au 112, un mec me répond direct.
Chance !
Je lui explique vite fait la situation, le gros mec par terre, l’adresse, quand il me pose une question à laquelle je ne m'attendais vraiment pas: « vous êtes dans quelle ville ? »
Mmm, ah oui, j’y avais pas pensé à celle là !

Bon, voilà, au bout d’un moment, il me dit « ok, je vous met en relation avec les marins pompiers de marseille ».
Au bout de 30 secondes avec les pompiers, la maman m’arrache le téléphone des mains, et leur dit clairement de se bouger le cul.
Le mec au bout du fil s’énerve (en attendant la mise en relation avec ce charmant interlocuteur, j’avais mis en haut parleur) essaye de la calmer, mais la pauvre madame était vraiment à bout de nerfs (ça se comprend).
Le mec a posé une question assez choquante, mais logique selon lui « est ce que c’est un sdf ? » la meuf a répondu « on sait pas » et le « pompier » lui a dit « ah non parce que si c’est un sdf, on se déplace pas, faut appeler le samu social » (argh, suuuuper, bravo !)
 
On avait quand même un mec de genre 130 kg, agonisant sur le trottoir, qui était semi conscient, par une température polaire, il puait, s’était fait dessus, et avait du sang autour des lèvres.
Et euh, on était censé en faire quoi ? le ramener chez nous, lui faire prendre un bon bain, et lui servir un thé chaud ?!!
J’ai fait des grands signes à la desperate mum pour lui faire dire que c’est pas un sdf, comme ça les pompiers viendraient.
Chose qu’ils ont faite, au final, après 10 minutes de tergiversations.

Putain, c’est quand même fou que MËME pour appeler des pompiers, il faille faire un speech pour les convaincre de se bouger le fion quoi !

Pendant qu’on les attendait, on essayait de parler au mec, pour pas qu’il s’endorme, mais franchement, c’était pas facile, parce qu’il super puait, et lui parler de loin était un peu compliqué. (oui, je suis qu'une sale petite nature)

Une fois que les pompiers sont arrivés et ont commencé à le soigner, la maman nous a dit « franchement, je sors de l’hôpital, je pouvais pas le laisser comme ça, ma fille de 25ans est entre la vie et la mort, en réa, donc ça me touche encore plus »
ça se sentait trop qu’elle avait besoin de parler.
De toutes façons, moi je suis trop curieuse, « Elle a eu un accident ? »
«  non, elle a avalé du Destop, elle s’est disputée avec son copain, et lui a dit, "tu le vois le bouchon de Destop, regarde ce que je fais", et hop, elle en a avalé le contenu, et maintenant, ça fait 10 jours qu’elle est dans le coma »

……………………
« mais aujourd’hui elle a ouvert les yeux, un peu, c’est son anniversaire aujourd’hui, elle fait 25 ans »

……………………….
Et nous 3, les trois autres naufragés de cette soirée, on essayait de la rassurer, de lui dire que si elle avait ouvert les yeux, c’était un super bon signe, qu’elle ne devait pas s’inquiéter.
« vous savez ma fille c’est une fille bien, elle est pas dépressive, vous me voyez là, je suis bien habillée, j’ai une jolie voiture, mais à l’intérieur, je suis détruite, vous imaginez, ma fille peut mourir d’un moment à l’autre »

……………………….

Moi j’avais qu’une envie, c’était de la prendre dans mes bras, et lui dire « allez, t’en fais pas, Madame, elle va vivre ta fille, les garçons sont méchants des fois, et nous, très connes, souvent, mais 25 ans, c’est pas un âge pour mourir »

C’était bizarre comme moment, rien que d’y repenser, ça me serre là, dans le ventre..

Et puis le grand monsieur était vraiment gentil avec elle, il lui disait des choses super positives, alors elle le regardait comme si elle avait vu le messie, et lui disait « wahou, merci, vous êtes trop gentil de me dire ça »
Et puis on s’est salué, on a remercié les pompiers, et on est reparti, chacun de notre côté..

La vie, parfois..


Et puis sinon, ce soir, j’ai mangé des huitres. Les huitres, ça tue tout tellement c’est bon.
Et puis sinon (2) les Black Eyes Peas mettent grave du bonheur dans le cœur des gens, et sur les dancefloors, (testé vendredi au Shamrock). Vive les Black Eyes Peas