n39l6a

(Attention post trop niais. Venez pas dire que je vous avais pas prévenu!!)

Je crois que je suis trop observatrice comme meuf, des fois je tripe sur des trucs vraiment trop anodins, mais je tripe tellement que ça me donne envie d'en faire un post de blog.
Oui parce que des fois, je me souviens (j'aurais eu envie d'écrire "rappelle" mais n'étant pas sûre de l'othographe, j'ai préferé éviter!) que j'ai un blog, qu'il est ici, que lui comme vous attendiez que je fasse quelquechose pour lui redonner vie.

Et donc ça se passe là maintenant tout de suite.

Des fois, je kiffe tellement des trucs qui se passe dans ma vie que j'ai envie de m'arrêter, de m'asseoir et d'observer pour kiffer encore plus, genre comme quand un rayon de soleil te donne envie de te caler sur un banc, juste pour le kiffer. (ah, toi ça t'arrives jamais, désolée mec..)

L'élément déclencheur de ce post de surkifage de life c'est une bétise.
Un truc que vous vous allez trouver nuuuuuuuuuuul, mais nul à un point affligeant.

Une amitié sur Facebook.
C'est con, hein?!

C'était hier, chez N., en bonne addict que je suis, j'allume l'ordi la tête dans le cul, direction facebook, quand je vois un petit "1" dans la partie demande d'amitié.
Ce petit un me fait un peu toujours raler, j'aime pas rajouter des gens juste parce qu'on a passé une soirée ensemble, mais bon, je jette un coup d'oeil, prête à râler "putain mais c'est qui encore lui?"

Et en fait non, pas du tout, ce "lui" était une "elle".
Une "elle" vraiment, mais alors vraiiiiiiiment inattendue.

Franchement vous allez penser que ce post sert à rien parce que je ne vais pas vous dire qui c'est, mais ceux qui me connaissent un peu trouveront tout seul ou me demanderont, les autres, bin c'est tant pis j'ai envie de dire!

Une fille que j'ai longtemps longtemps détestée détestée détestée (un peu comme vous en ce moment avec moi qui repête les mots pour leur donner plus d'intensité?! bon ok, j'arrete!).

Et puis petit à petit, il s'est imposé dans ma tête que cette fille m'a sauvé la vie, qu'elle l'a faite changer en un mode tellement radical et tellement positif que quand j'y pense, j'ai envie de lui faire des bisous. (oh mon dieu mais Claire a un coeuuuuuur!)
Vraiment.

Argh, je sais pas comment tourner ce post pour pas qu'il vire au sentimentalisme écoeurant, dégueu, visqueux, je me dégoute toute seule des fois, mais je vous jure que j'ai pas sucé un Bisounours ce matin!

Bref, on va dire qu'en 2 ans, je suis passée de la haine au Bisounours, et très serieusement, le Bisounours, ça fait du bien, ça fait tout doux dans ton bidou, et ça fait happy face sur ta gueule.

Est ce que la paix que je ressens maintenant vis à vis de cette histoire est proportionnelle à combien j'en ai chié pour ne pas y laisser ma peau quand c'est arrivé?
Oui, sûrement.

Je n'ai pas déversé des litres de larmes sur mes copines pour rien, je n'ai pas oublié d'aller en partiels pour rien, je n'ai pas eu l'estomac noué pendant des mois pour rien, je n'ai pas je n'ai pas je n'ai pas.. pour rien..

Hier j'ai rajouté S. dans mes amis Facebook et quand je vois son nom apparaitre dans ma liste d'amis, je vois le chemin parcouru, et.. je vais bien, merci. :)