DSCN0598


Partir pour marseille-attendre le car fébrilement-prier très fort qu'il y ait encore de la place dedans-débarquer comme des survivants, à Lyon dans un bordel innomable-Monter dans le tgv bondé et avoir une place libre-écrire le temps qui passe dans mon cahier-échanger des textos stupides avec ma chef, coincée à la gare-l'excitation de retrouver ma Prin d'amour, toujours fidèle au poste-et le Domac de la night-se raconter les derniers potins-dormir jusqu'à ne plus être fatiguée-se réveiller sans sonnerie-appeller V. et le réveiller-proposer des pains au choc en échange d'excuses-partir de chez moi trop pressée et croiser un bout de ma famille cachée derriere un immense tas de bois-papoter 2 minutes avec eux et me faire inviter à manger le lendemain-se rendre compte qu'il est super tard pour les pains au choc et proposer un vrai repas de midi à base de.. poisson pané que je déteste!-aller à marché plus et bien rigoler avec le vendeur-avoir une tête de merde et s'en battre le flanc-affronter une ville plus que crade-faire attention de ne pas glisser sur la boue d'ordure qui tapisse le goudron-faire une bataille de jus de citron-aider V. à faire les cartons de son déménagement-étrange sensation que de décrocher la déco de sa chambre où j'ai maintes fois squatter ces dernieres années-faire une playlist de déménagement-essayer de parler malgrè la musique trop forte-savourer ce huis clos après des semaines de chassé-croisé-sortir sous la pluie acheter un trop bon gouter-photographier des tas d'ordures où des gros rigolos ont écrit "miam"-attendre avec le chien stupide devant la boulangerie-avoir le coeur serré devant Ambroise Paré, en pensant à mon grand père adoré-manger cet énorme gouter en buvant du thé-dehors la pluie-se dire que cet aprem là est vraiment cliché-chercher mon collant-rejoindre 3 de mes 4 fantastiques en courant sous la pluie-notre resto-notre table-et toujours la musique d'ambiance nulle à chier-essuyer leurs blagues douteuses-essuyer leurs blagues douteuses et légitimes-écouter leurs discours qui ne finissent jamais sur la musique, la musique et parfois même, la musique-oui mais la musique classique, c'est pas le nom exact-se mettre à jour des dernieres nouveautés-et le stage-et Paris-et A.qui a la moitié de prénom d'une reine de France-observer J. pendant qu'il lit mon précédent post, sur lui, entre autre-être fiere de moi de l'avoir touché par mes mots-rentrer et m'endormir avec le bruit de la pluie-me réveiller le lendemain avec le bruit du déluge-traverser le jardin pieds nus pour vérifier l'étanchéité du studio-aller manger chez le bout de famille du tas de bois-vouloir aller au ciné-comme la plupart des marseillais en ce dimanche pluvieux-atterir dans le quick aux allures d'oktoberfest-manger des churros dégueus et en avoir la nausée pendant 3 jours-décider d'aller voir un film chez F. et finir par jouer au Scrabbles en buvant du thé et en écoutant de la musique (ou du bruit?!)-"je t'emmerde jusqu'au fond du cul" trop classe le mec!-"moi quand on me parle de couilles, j'en ai des frissons" pas mieux la meuf!-retrouver V. dans son nouvel appart (de bourge!!)-aller chez l'indien du coin pour acheter une biere et se prendre une claque d'Inde dans la tête-les bindiiiiiiiiiis!-faire le tour du propriétaire de ce chouette appart perché-"j'espere que cet appart cache pas un truc horrible"-"un fantome?"-rentrer sous la pluie encore et toujours-aller voir mon Papa après taaaaant de temps-retrouver mon livre chouchou de Terzani que je croyais avoir perdu-acheter mon billet de retour et parler pendant 30minutes avec le mec du guichet-"ne renie jamais tes diplomes"-t'inquietes!-rentrer faire mon sac-repartir pour la gare-le coeur plein de cafards-arriver à l'appart et être dans mon lit 5 minutes plus tard.

                    Ce fut un joli week end.. Merci